Translate

vendredi 27 mars 2015

ATLAS DU CHAR DE COMBAT







  L'objectif n'était pas facile à atteindre et pourtant, la mission est brillamment accomplie ! Le hors-série numéro 19 de TNT, Atlas du char de combat1 réussit à présenter en 111 pages la majorité des nations constructrices de chars de combat depuis la Guerre Froide jusqu'à aujourd'hui, ainsi que les engins conçus et fabriqués par lesdites nations. Quelques pays et leur production sont absents (Corée du Nord, ex-Yougoslavie, Egypte, Roumanie, Ukraine) mais il s'agit à l'évidence d'un choix et non d'une lacune. Choix dont la pertinence se vérifie d'ailleurs au fil des pages. Pour chaque pays traité, une mise en perspective est soigneusement posée, donnant à comprendre pourquoi telle option technique a été préférée à telle autre, les enjeux de développement (et parfois les abandons de projet) sur fond de tensions géopolitiques locales ou internationales, de contraintes économiques et balbutiements d'industries naissantes, de priorités doctrinales, etc... Vingt et un Etats sont ainsi présentés au travers leurs MBT et l'évolution de ceux-ci. Citons notamment l'Afrique du Sud, généralement oubliée2, l'Argentine, le Brésil, la Chine, mais aussi l'Iran3, Israël, le Japon, le Pakistan ou encore la Turquie4. En Europe, l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne apparaissent évidemment, mais aussi l'Espagne, l'Italie de même que la Suisse au sujet desquels il est intéressant d'apprendre5.

  Au bilan, l'auteur réalise une intelligente histoire des chars de combat et de leur évolution technique dans la Guerre Froide et la période qui s'ensuit, jusqu'à nos jours, sur tous les continents. Le contenu est riche et la lecture fluide. J'en recommande la lecture à quiconque s'intéresse à la Guerre Froide, aux conflits actuels et bien sûr... aux chars de combat !


2 A l'exception notable du récent Tanks : 100 years of evolution de Richard Ogorkiewicz, Osprey Publishing 2015.
3 Point de situation sur les chars iraniens bien utile à l'heure où la « Perse contemporaine » est plus ou moins directement impliquée dans nombre de conflits de la région.
4 Idem que pour l'Iran.
5 Tout spécialement pour ceux qui pratiquent encore des wargames-papiers (ne serait-ce que via Vassal, Cyberboard, etc) consacrés à la Guerre Froide ou post-Guerre Froide, pour ceux qui engagent de temps autres leurs escadrons de chars dans SPMBT.